Resultat Examen

BAC 2022 en Algérie : ce qui peut changer dans le calcul de la moyenne

Algérie – Le SNTE propose un nouveau système de calcul de la moyenne pour le BAC 2022 et d’autres réformes dans le secteur éducatif. On vous en dit plus, ce dimanche 14 novembre 2021.

En effet, le Syndicat national des travailleurs de l’éducation suggère un nouveau système de calcul de la moyenne pour le BAC 2022 en Algérie. Il s’agit du retour au système du rachat dans le prochain examen du baccalauréat, mais avec de nouvelles conditions. On vous donne plus de détails à ce propos dans les lignes qui suivent.

Effectivement, le Secrétaire national chargé de l’Organisation au SNTE prépare une liste de revendications sectorielles et gouvernementales. Qu’il déposera sur la table d’étude du ministre de l’Éducation nationale. Elle porte notamment sur le retour au système du rachat dans l’examen du BAC, et sur d’autres réformes dans le secteur éducatif. Une telle initiative intervient afin d’améliorer l’éducation en Algérie. C’est en tout cas ce que rapporte le journal

Echorouk

BAC 2022 en Algérie : ce qui peut changer dans le calcul de la moyenne

.

À cet égard, le SNTE propose d’ajouter les notes obtenues pendant l’année scolaire dans les matières secondaires à celle obtenue pendant l’épreuve finale. Cela pour sauver les candidats ayant décroché des moyennes entre 9,50 et 10 sur 20. Le syndicat estime que revenir au système du rachat redonnera de la valeur à l’école publique. Mais également, cette démarche reconsidère sans doute la relation entre l’élève et l’établissement.

Éducation nationale : les axes que le SNTE propose de revoir

Dans le détail, le SG du SNTE, Kouider Yahiaoui, appelle également au retrait des livres de la deuxième génération. Ceux destinés aux collégiens et lycéens. Car selon lui, ils sont pleins d’erreurs cognitives et historiques. En outre, ils ne contiennent pas de corrections. Alors, le responsable affirme que le syndicat s’emploie à supprimer ces livres pour sauver l’école de la « dérive idéologique ».

Sur le plan professionnel, Kouider Yahiaoui souligne que le SNTE défendra le dossier des heures supplémentaires. Le syndicat exigera d’alléger la pression sur les enseignants des sciences islamiques dans les lycées. Et celle des enseignants des mathématiques et de la langue arabe dans l’enseignement moyen. Actuellement, ils travaillent 33 heures par semaine.

Dans le même contexte, le syndicaliste appelle à dévoiler la liste du nouveau Conseil national des programmes. Et ce, afin de déterminer son orientation politique et idéologique. Car il s’agit de reconsidérer les programmes de l’école publique qui constitue le premier fondement de la société. Par ailleurs, une session de travail est prévue pour fin novembre entre les représentants du SNTE et le ministre de l’Éducation nationale.