Resultat Examen

pour la philo, la note de contrôle continu sera retenue si elle est meilleure que celle de l'épreuve, annonce Jean-Michel Blanquer

Ce qu'il faut savoir

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, invité du 20 heures de France 2 mercredi 5 mai, a annoncé des aménagements de la session 2021 du baccalauréat. Pour l'

épreuve de philosophie, sera notamment retenue la meilleure note entre le contrôle continu et l’épreuve de bac.

pour la philo, la note de contrôle continu sera retenue si elle est meilleure que celle de l'épreuve, annonce Jean-Michel Blanquer

Plusieurs organisations lycéennes demandent depuis plusieurs semaines l'annulation de la tenue des épreuves, après une année scolaire perturbée par la pandémie de Covid-19. Une option écartée par l'Education nationale. Ce direct est désormais terminé.

"Je cherche une vraie bienveillance pour les élèves". Le ministre de l'Éducation a expliqué avoir "beaucoup consulté" avant d'annoncer plusieurs mesures d'aménagement. La note de l'épreuve de philosophie retenue pour le calcul du diplôme sera la meilleure entre le contrôle continu et l'épreuve du bac. Pour le grand oral, l'élève aura le droit de venir avec une lettre de ses professeurs, attestant que certaines parties du programme n'ont pas été étudiées.

Demandes d'annulation des épreuves de philo et du grand oral. Depuis plusieurs semaines, des voix s'élèvent pour réclamer l'annulation des épreuves de philo et du grand oral, qui comptent pour 18% de la note finale de l'examen. A l'appel de l'Union nationale des lycéens (UNL) ou du Mouvement national lycéen (MNL), des lycées étaient bloqués mercredi pour protester contre la tenue de ces épreuves.

Refus d'un passage intégral au contrôle continu. Le ministre de l'Education semble ouvrir la voie à un aménagement des épreuves de philo ou du grand oral depuis dimanche, mais refuse pour l'instant le passage intégral au contrôle continu.

"Notre objectif c'est de maintenir la valeur du diplôme, d'amener les élèves vers la réussite (...) dans des conditions qui leur soient bonnes", a expliqué le ministre de l'Education, interrogé sur le baccalauréat au Sénat mercredi 5 mai.