Resultat Examen

Trans Mountain brise les engagements du Canada Recevez les alertes de dernière heure du Devoir

Partant du fait que le Canada a « la pire performance » climatique de tous les pays du G7 depuis la signature de l’Accord de Paris, Ottawa doit agir rapidement pour réduire notre dépendance à l’industrie pétrolière et gazière, conclut le commissaire à l’environnement et au développement durable. Ce dernier qualifie d’ailleurs le rachat et le financement du pipeline Trans Mountain d’incohérence politique par rapport aux engagements du pays en faveur de la protection du climat.« Le Canada a déjà été un chef de file dans la lutte contre les changements climatiques. Toutefois, après une série d’occasions ratées, il est désormais le pays avec la pire performance de toutes les nations du G7 depuis l’adoption de l’historique Accord de Paris sur les changements climatiques en 2015 », a résumé jeudi le commissaire à l’environnement et au développement durable, Jerry DeMarco.« Nous ne pouvons pas continuer d’aller d’échec en échec. Nous devons prendre des mesures et obtenir des résultats. Il ne suffit pas d’établir d’autres cibles et d’autres plans », a-t-il ajouté, en présentant un rapport intitulé

Leçons tirées de la performance du Canada dans le dossier des changements climatiques

. Celui-ci fait état du fait que « 30 ans d’engagements pris par le gouvernement fédéral pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au Canada ont abouti à une hausse des émissions de plus de 20 % depuis 1990 ».Trans MountainLe rapport, déposé jeudi à la Chambre des communes, critique notamment la décision du gouvernement Trudeau de nationaliser le pipeline Trans Mountain, puis de financer le projet de prolongement de cette conduite qui sert à faciliter l’exportation de pétrole des sables bitumineux, à raison de 325 millions de barils par année. « Le financement du projet d’agrandissement du réseau de Trans Mountain est un exemple d’incohérence de politiques qui ne cadre[nt] pas avec les engagements pris dans la lutte contre les changements climatiques », peut-on lire dans le document.Le gouvernement Trudeau a toujours défendu sa décision de racheter, en 2018, le pipeline Trans Mountain à la pétrolière texane Kinder Morgan, au coût de 4,5 milliards de dollars, une facture à laquelle il faut ajouter au moins 12,6 milliards de dollars pour le projet d’agrandissement qui est en cours. Les libéraux ont promis d’utiliser tous les éventuels revenus tirés du pipeline pour financer des mesures en faveur de la lutte contre la crise climatique.